Le Livre Elu en Livradois-Forez – prix littéraire ados 2017-2018, en partenariat avec les collèges, lycées et médiathèques,  a pour objectif de développer les échanges et les collaborations entre les bibliothécaires et les documentalistes des collèges et des lycées tout en favorisant les pratiques de lecture et en donnant l’envie de lire aux jeunes.

Un comité de sélection, composé de documentalistes et de bibliothécaires, participe à une "ronde des livres" puis choisit une sélection de romans et une bande-dessinée publiés récemment. Cette sélection prend en compte les différentes tranches d’âge des adolescent.e.s susceptibles de participer à l’opération et se fait l’écho des différents genres littéraires et maisons d’éditions. 

Un comité de sélection adolescent, organisé dans différents collèges et lycées, choisit parmi une sélection de 8 titres, deux ouvrages qui sont retenus dans la sélection finale.

Les adolescent.e.s s’inscrivent volontairement et gratuitement à la médiathèque ou au Centre de Documentation et d’Information de leur établissements pour emprunter et lire les romans et la bande-dessinée.

Tout au long de l’année, une compagnie offre une mise en scène de la sélection dans les établissements. Cette lecture  /spectacle est suivie d’une rencontre avec les jeunes qui relance l’envie de découvrir les ouvrages. 

Les comédien.ne.s proposent également des temps fort pour accompagner les documentalistes et leurs élèves volontaires pour l’apprentissage de la  lecture à voix haute. 

Chaque participant.e apprécie et note les livres lus, ceci donnant lieu à un classement et à un "Livre Elu". Chacun.e est libre de lire le nombre de livres de son choix.  

Une rencontre finale réunissant l’ensemble des participant.e.s est organisée afin de valoriser les lectures des adolescent.e.s et proposer des rencontres avec les auteur.e.s et/ou illustrateurs/trices de la sélection. 

La sélection 2017-2018

couv_walden-395x600.jpgLuc Blanvillain, Le monde selon WaldenScrineo - 2016

Walden est différent. Vraiment différent. Il porte des vêtements étranges, se passionne pour des animaux au nom imprononçable et s’intéresse à des sports inconnus. Quant à Zelda, la fille qu’il aime, elle ne ressemble pas à celles que l’on voit dans les magazines. Clément, son meilleur ami, passe son temps à éviter les soupiraux par peur de ce qui pourrait en surgir. Au collège, on a fini par le laisser tranquille. S’il arrive encore que quelqu’un tente de lui flanquer une baffe, il répond par un air d’opéra. En somme, Walden est parfaitement heureux. Tout aurait pu continuer ainsi longtemps si certains événements n’étaient pas venus perturber son quotidien joyeux. D’abord, il y a ces renards qui s’installent dans les souterrains du collège. Et puis, surtout, les trois amis rencontrent Mike. Mike est une star absolue, roi des réseaux sociaux, icône de la télé. Son influence est incommensurable. Il décide de faire de Walden la nouvelle idole des jeunes. Dès lors, la réalité va changer de visage, à une vitesse stupéfiante. Que faire de cette notoriété aussi soudaine qu’incompréhensible ? Pourquoi ne pas la rendre utile ? Peut-on rêver d’un autre monde ? Un monde selon Walden ? 

L_accident.jpg

Yves GREVET, L’accident, Syros – 2016

Fantine a un secret. Chaque jour, elle prend un plaisir fou à dévaler à toute allure, sur son vélo, la route de campagne déserte qui mène au collège. Mais ce vendredi-là, elle manque de percuter le tracteur du vieux Jeanjean et atterrit dans le fossé. Fantine s’en sort bien, rien de cassé ! Pourtant, à partir de cet instant, elle ressent une présence invisible jour et nuit à côté d’elle…


Le_fisl_de_l_Ursari.jpg

Xavier-Laurent PETIT, Le fils de l’Ursari, Ecole des loisirs - 2016

Mica, l'antique voiture de la famille de Ciprian (des Roms de la branche des Ursari dompteurs d'ours), refuse de démarrer. Cette triste nouvelle précipite ces gens du voyage dans les griffes de deux escrocs mafieux, qui leur font miroiter un avenir prometteur sur territoire français. Arrivés à Paris, père, mère et enfants emménagent dans un bidonville, entourés de familles semblables. Tous triment du matin au soir pour rembourser la dette des passeurs qui ne cesse d'augmenter. Pour s'évader de sa misère quotidienne, Ciprian observe Madame Baleine et Monsieur Enorme jouer aux « lèzéchek » dans le parc du « Lusquenbour ». Qui aurait pu se douter de la portée de cette passion sur cette famille ? 

Le_garcon_au_sommet_de_la_montagne.jpg

John BOYNE, Le garçon au sommet de la montagne, Gallimard jeunesse – 2016

Paris, 1936. Orphelin de père (allemand) et de mère (française), Pierrot est recueilli par la famille de son meilleur ami Anshel. Face à la montée de l'antisémitisme, la mère de ce dernier décide, pour des raisons qui échappent à Pierrot, de le confier à un orphelinat à Orléans. Le jeune garçon n'y restera pas longtemps, puisque sa tante (la sœur de son père), gouvernante au Berghof  (résidence secondaire d'Adolf Hitler), souhaite sa présence à ses côtés. Devenu résident à plein temps de cette imposante demeure, Pierrot s'appelle désormais Pieter et fréquente le Führer. Arborant fièrement l'uniforme des jeunesses hitlériennes, le gentil petit garçon loyal devient complice du pire crime contre l'humanité.

Ma_fugue_chez_moi.jpg

Coline PIERRE, Ma fugue chez moi, Rouergues - 2016

Quelques jours avant Noël, suite à une séance d'humiliation au collège, et à l'annonce que sa mère, une fois de plus, ne sera pas là pour les fêtes, Anouk décide de fuguer. Mais après une demi-journée dehors, elle rentre… et va se cacher dans le grenier. Clandestine chez elle pendant deux semaines, elle va finir par renouer avec les siens, le temps que chacun dise son inquiétude et son amour. 

Mbote_Kinshasa.jpg

Sébastien MAITRE, Mbote Kinshasa, La boîte à bulles - 2016

Synonyme de débrouille, combine et stratagème, “l’article 15” est une maxime célèbre à Kinshasa, mise tous les jours en pratique par les Congolais. 
Lorsque Samuel, 10 ans, se voit refuser l’entrée de son école pour cause de chaussures trouées, il n’a pas d’autre choix que de faire marcher son imagination. Ni sa mère ni son père ne peuvent lui donner d’argent, leurs économies ayant été dévorées par la Starlet, taxi acquis par son père afin de devenir son propre patron. Et mendier pour des chaussures à 15 dollars n’est clairement pas une option envisageable pour ce gamin débrouillard et ambitieux ! Alors recours à l’Article 15 ! Et pour réunir la somme dont il a besoin, Samuel a plus d’un tour dans son sac, tous plus ingénieux les uns que les autres. À l’opposé de son père qui va de déboires en déboires avec sa Starlet. 

Une comédie en hommage à la vitalité et à l’optimisme des Congolais, adaptée du court métrage Debout Kinshasa de Sébastien Maître. 

Mysterieux_voisins.jpg

Hervé MESTRON, Mystérieux voisins,  Oskar jeunesse - 2016

Que faire quand on trouve un crâne d’enfant dans le jardin de sa grand-mère adorée ? Le lui dire, au risque de faire basculer son esprit fragile, déjà ébranlé par un AVC ? Prévenir la police ? Ou enquêter seul sur la mystérieuse famille qui occupait les lieux il y a des années ? Quel que soit son choix, pour Bertil, une chose est sûre : ces vacances chez Mam seront beaucoup plus mouvementées qu’il ne pensait…

Passe_a_beau__.jpg

Yvan POMMAUX et Rémi CHAURAND, Passe à beau !, L’école des loisirs - 2016

L'histoire est racontée par Martin Bonfils, jeune habitant de Montmartigues, un village qui fonctionne tout entier autour de 1/ son usine pharmaceutique 2/ son club de rugby. Arrive dans la classe de Martin Antonin Beau. Son père, récent directeur adjoint de l'usine, va obliger Antonin à jouer dans l'équipe des cadets. Martin est donc désigné pour initier le nouveau qui ne connaît rien au ballon ovale. Or, Antonin va se révéler très doué. Les deux garçons finissent par devenir amis, des amis curieux qui vont découvrir des secrets sportifs pas jolis, enfouis dans le passé de la petite ville.